Pédale Vite — manuel d’utilisation

Table des matières

  1. Introduction
  2. Utilisation
    1. Description du matériel
    2. Démarrage
    3. Calibration
    4. Premiers pas
  3. Référence
    1. Concepts
    2. Diodes lumineuses
    3. Écrans principaux
    4. Édition d’un programme
    5. Banques de programmes
    6. Configuration du pédalier
    7. Volumes et niveaux
    8. Accordeur
    9. Redémarrage
  4. Effets disponibles
    1. CompEx — Compresseur/Expanseur
    2. Convert To Stereo
    3. Delay — Écho stéréo
    4. Distortion Tone Stage — Tonalité pour distorsion
    5. Double Distortion
    6. Enveloppe Follower — Suiveur d’enveloppe
    7. Filter Squeezer — Filtre résonnant à distorsion
    8. FlanCho — Chorus et flanger
    9. Freeverb — Réverbération
    10. Frequency Shifter — Translateur de fréquences
    11. Harmonic Tremolo — Trémolo bi-bande
    12. Input Impedance Fix — Adaptation d’impédance d’entrée
    13. Noise Bleach — Barrière anti-bruit
    14. Noise Chlorine — Barrière anti-bruit
    15. Parametric Equalizer — Égaliseur paramétrique
    16. Phaser
    17. Pulse Width Modulation Distortion
    18. Simple Distortion
    19. Speaker Emulator — Émulation de haut-parleur
    20. Tremolo
    21. Wha-wha
    22. LFO — Oscillateur basse fréquence
  5. Dépannage
  6. Installation logicielle
  7. Historique des versions

I. Introduction

Pédale Vite est une pédalier multi-effet pour guitare à fabriquer soi-même (DIY, do it yourself). Ce manuel détaille comment utiliser le pédalier une fois monté et fonctionnel.

II. Utilisation

Description du matériel

Face arrière

  1. Ports USB et Ethernet du Rasberry Pi 3
  2. Prises pour pédales d’expression
  3. Interrupteur de mise en marche
  4. Cordon d’alimentation secteur 220–240 V
  5. Sorties audio vers ampli ou console
  6. Sortie casque, stéréo en jack 6,35 mm.
  7. Entrées guitare

L’accès au Pi n’est pas nécessaire en fonctionnement courant et ne sert qu’aux opérations de maintenance.

La première pédale d’expression se trouve à gauche sur le panneau, et donc à droite quand on fait face au pédalier.

Tous les jacks sont en 6,35 mm et sont asymétriques (signal mono), à part la prise casque qui est stéréo.

Les canaux gauches et droits des entrées et des sorties sont inversés afin qu’ils soient dans le bon ordre quand on se place devant le pédalier. Les entrées font environ 500 kΩ d’impédance. Utiliser le canal gauche pour brancher la guitare ou tout autre signal mono. Quand le pédalier est configuré en mono, les deux sorties diffusent le même signal.

Face supérieure

  1. Bouton de contrôle des effets
  2. Écran
  3. Boutons rotatifs de navigation dans les menus
  4. Boutons de navigation dans les menus
  5. LED de contrôle, leur usage dépend du contexte.
  6. Deux rangées de six pédales permettant de changer les effets.

Les boutons poussoir de navigation sont agencés de la façon suivante. Sur la rangée supérieure : Sélectionner/valider (Select), flèche haut (), annuler/échappement (Esc). Sur la rangée inférieure : flèches gauche (), bas (), droite ().

Les boutons rotatifs de navigation sont généralement redondants des boutons poussoir. Celui de gauche permet de se déplacer verticalement, et celui de droite horizontalement.

Démarrage

  1. Brancher le cordon d’alimentation (4) sur le secteur.
  2. Brancher la guitare à l’entrée gauche (7).
  3. Brancher la sortie gauche du pédalier (5) sur un ampli.
  4. Allumer l’interrupteur de mise en marche (3).

Au bout d’une petite dizaine de secondes, l’écran doit afficher le programme courant, nommé « Bypass ».

  1. Allumer l’ampli.
  2. Jouer.

Le son est trop fort ? trop faible ? Vous n’entendez rien ? Se reporter à la section calibration.

Pour arrêter, effectuer les opérations dans l’ordre inverse : éteindre l’ampli, éteindre le pédalier puis débrancher.

Note : il est déconseillé d’avoir l’ampli en marche pendant l’allumage et l’extinction du pédalier. Si c’est le cas, veillez à ce que le volume soit baissé au minimum de façon à ce que d’éventuels craquements ne passent pas à travers la chaîne d’amplification.

Calibration

Pour que le pédalier donne des résultats optimaux, il est nécessaire de le régler, en particulier les niveaux d’entrée et de sortie. Le but est d’avoir un niveau d’entrée aussi fort que possible sans que le signal arrivant de la guitare ne sature à cet endroit. Ensuite, si on joue sur un ampli, il faut sortir à un niveau similaire à celui qu’aurait la guitare branchée directement.

Il n’y a malheureusement pas de réglage pratique pour la calibration à l’extérieur du boîtier. Il faut donc s’aventurer à l’intérieur de la machine.

Éteindre le pédalier et le retourner. À l’aide d’un tournevis cruciforme, retirer les 8 vis qui retiennent le socle. Soulever ce dernier, la carte son y est attachée. Prendre bien garde à ne pas débrancher ou arracher de câble. Poser le socle juste à côté du boîtier.

L’interface audio y est accrochée sur la face intérieure. Brancher et allumer le pédalier, toujours ouvert. Éviter de mettre les doigts sur le câblage 220 V. À vous de trouver une méthode efficace de manipulation du boîtier, car vous allez devoir manipuler les boutons et examiner l’écran en façade tout en réglant l’interface audio. Poser et caler le boîtier sur la tranche avant devrait permettre cette manipulation sans trop de soucis.

Presser le bouton Sélection, descendre sur le menu Volume & Levels, et enfoncer de nouveau Sélection.

Vous arrivez alors sur l’écran de contrôle des niveaux. La jauge du haut donne les niveaux d’entrée, celle du milieu ceux de sortie. Les niveaux à considérer (crêtes) sont donnés par les petits traits qui se baladent à droite des barres pleines (RMS).

Niveau d’entrée

Jouer aussi fort que possible. Le niveau d’entrée ne devrait jamais dépasser 0 dB, et ne passer qu’assez rarement au-dessus de −6 dB. En revanche, il devrait être aussi élevé que possible.

En principe, le niveau d’entrée est réglé par défaut au minimum, ce qui convient pour une guitare branchée directement au pédalier, compte tenu de l’interface audio choisie. Cependant, il peut être nécessaire de l’adapter.

Ajuster le bouton de l’entrée 1 (la gauche) sur l’interface audio jusqu’à ce que son niveau semble adapté. Reporter ensuite le réglage sur l’entrée 2.

Niveau de sortie

Une fois le niveau d’entrée correctement réglé, on peut passer au niveau de sortie. Assurez-vous de bien être sur le programme « Bypass », qui fait passer directement le signal de la guitare à la sortie sans modification particulière.

Dans l’écran des niveaux, le volume de sortie doit être positionné à 0 dB. Si ce n’est pas le cas, descendez sur le réglage à l’aide des flèches verticales. Une fois sur l’indicateur de volume, utilisez les flèches horizontales pour ajuster sa valeur.

Régler ensuite le niveau de sortie sur l’interface audio de façon à ce que le son qui en sorte soit similaire à celui de la guitare branchée directement dans l’ampli. En l’absence d’instrument de mesure en aval du pédalier, vous pouvez brancher alternativement le pédalier et la guitare sur l’ampli pour comparer les volumes à l’oreille.

Enfin, vous pouvez régler le volume du casque, qui ne nécessite pas d’autre référence que vos oreilles.

Éteindre maintenant le pédalier et refermer le socle en prenant bien garde à ce qu’aucun fil ne soit arraché et que tout s’emboîte sans forcer.

Recâbler et rallumer. Contrôler une dernière fois que tout est bon.

Premiers pas

III. Référence

Concepts

Les effets du pédalier sont organisés en programmes. Un programme est constitué d’une chaîne d’effets et d’informations de pilotage des effets à partir des pédales et boutons, les contrôleurs.

Les programmes sont eux-même regroupés dans des banques. Chaque banque héberge 16 programmes, et le pédalier contient 64 banques. Le pédalier est conçu pour naviguer facilement entre les programmes d’une même banque.

Un programme est constitué d’une chaîne d’effets. Pour chaque effet il est possible d’ajuster son volume, le mix entre le signal d’entrée et le signal traité, et même de désactiver le traitement.

Diodes lumineuses

Il y a trois diodes lumineuses sur le pédalier, une verte et deux rouges qui l’entourent. Leur signification dépend du contexte, de la fonction activée. Elles sont normalement éteintes, sauf dans le cas de l’accordeur.

En fonctionnement normal

La diode rouge de gauche indique que le son sature en sortie. Il convient donc de baisser le volume principal, ou encore celui d’un des effets.

La diode verte indique que le pédalier sauvegarde des données sur sa carte mémoire. Une telle opération est généralement rapide, mais il convient de faire attention à ne pas couper le courant à ce moment-là. La carte mémoire risquerait d’être endommagée.

La diode rouge de droite indique que l’unité de traitement est surchargée. Il y a trop d’effets à la fois, ou ceux-ci on des réglages trop complexes, et le son ne peut pas être produit. Il convient alors de revenir à un programme plus simple, ou de revenir à des paramètres n’entraînant pas autant de charge de calcul. Il peut s’agit aussi d’une surcharge passagère, auquel cas il n’y a pas de problème particulier. En principe le son doit revenir de lui-même et la diode s’éteindre.

Cependant, si la charge reste importante dans la durée, le moteur audio abandonne ses tentatives de rétablissement. Cet état est indiqué par les trois diodes illuminées. Dans ce cas, il faut corriger le problème en activant un programme plus simple et redémarrer manuellement le moteur audio pour faire revenir le son. Le redémarrage s’obtient par un triple appui sur Esc dans l’écran principal.

Accordeur

En mode accordeur, les diodes indiquent la justesse de la note jouée. La diode de gauche indique que la note est trop basse, et la diode de droite trop haute.

Quand la note est juste, c’est la diode verte qui s’illumine.

Écrans principaux

Programme courant et informations

C’est l’écran sur lequel on arrive au démarrage. C’est aussi celui qui est au sommet de la hiérarchie de menus. Si on est perdu, il suffit de presser Esc une ou plusieurs fois pour arriver à cet endroit.

Plusieurs informations importantes y sont affichées : le programme et la banque courantes en haut, le dernier paramètre modifié au milieu, et l’adresse IP du Raspberry Pi en bas, quand elle est disponible. En effet il est nécessaire de connaître cette dernière pour se connecter en SSH à la machine afin d’effectuer des opérations de maintenance.

La touche Esc dans cet écran permet également l’accès à certaines fonctionnalités de nettoyage. La fonctionnalité obtenue est fonction du nombre d’appuis consécutifs :

  1. Mise à jour l’affichage, en particulier de l’adresse IP du Pi
  2. Réinitialisation de l’écran
  3. Redémarrage du moteur audio

Menu principal

On arrive dans ce menu par appui sur Select dans l’écran du programme courant, on en sort par Esc. La navigation se fait avec et . Select sert à ouvrir la page pointée par le curseur.

Edit programÉdition du programme courant
BanksAccès aux banques de programmes
Pedal layoutConfiguration du pédalier
Volume & levelsAccès aux volume et niveaux
TunerAccordeur
RestartOptions de redémarrage

Édition d’un programme

Chaîne d’effets

C’est la page principale de l’édition d’un programme. On peut naviguer dedans à l’aide de et . Select permet de rentrer dans l’objet sélectionné et Esc revient à la page du programme courant.

La première ligne indique le nom du programme. On peut l’éditer en le sélectionnant.

Controllers… donne accès aux intéractions entre la personne et le programme.

Save to… permet de sauvegarder le programme en cours d’édition.

La liste suivante donne la chaîne des effets, dans l’ordre de traitement. Chaque effet occupe une ligne. <Empty> signale qu’il n’y a pas d’effet sur la ligne et <End> donne la fin. Un effet en gras signale qu’au moins un contrôleur s’applique dessus.

On peut changer l’effet de la ligne courante avec et , y compris <Empty> et <End>. Ces touches balayent la liste des effets disponibles. Si on remplace <End> par un effet, une nouvelle ligne vide est automatiquement ajoutée à la suite. Inversement, la dernière entrée de la liste des effets disponibles permet de vider la ligne de son effet. Select donne accès à la configuration de l’effet.

Enfin la dernière liste énumère les effets qui ne nécessitent pas de source audio, comme les LFO par exemple.

Les configurations et paramètres des effets sont mémorisées pour chaque type d’effets. Si on change le type d’effet d’une ligne par inadvertance, il suffit d’y revenir pour retrouver ses réglages. Il est également possible d’essayer plusieurs effets en ajustant leurs paramètres et de les comparer facilement.

D’autre part, un nouvel effet d’un type donné apparaît généralement configuré de la même manière que la dernière instance de ce type d’effet. Si on veut repartir de zéro, il faut utiliser la fonction Reset de la configuration de l’effet.

Sauvegarde du programme

Quand on sauve un programme, la liste des programme de la banque courante apparaît.

La toute première ligne indique la banque de sauvegarde. Il est possible de changer de banque cible avec les flèches horizontales.

On choisit le programme sur lequel (ré)écrire les réglages courants avec Select. La ligne en gras indique le programme actif. C’est lui qui est sélectionné par défaut. Esc annule la manœuvre et revient à la chaîne d’effets.

Une fois l’emplacement de sauvegarde validé, on peut rentrer le nom du programme.

Le titre de l’écran rappelle l’emplacement de sauvegarde, pour mémoire. Le nom correspondant aux réglages actifs est pré-rentré. On peut le modifier en se dirigeant dans la liste des caractères avec les flèches directrices. Select valide le caractère ou l’action indiquée sous le curseur de navigation. Esc annule la manœuvre et revient à la chaîne d’effets.

OKValide le choix et effectue la sauvegarde. La LED verte s’illumine pendant ce temps.
CANCELAnnule l’opération.
SPCInsère un espace à la place du curseur d’édition.
DELEfface le caractère derrière le curseur.
et Déplacent le curseur.

Liste des paramètres

La première ligne FX setup… permet d’aller à la configuration de l’effet. Pour certains effets, il peut y avoir une deuxième ligne Graphic editing… permettant d’accéder à une édition des paramètres avec une représentation graphique. C’est le cas pour PEq par exemple.

Les trois lignes suivantes sont communes à tous les effets et correspondent aux paramètres de mix. La valeur du paramètre est indiquée à sa droite. Les lignes qui suivent sont les paramètres particuliers à l’effet. Un paramètre en gras indique qu’au moins un contrôleur s’applique dessus.

On peut changer la valeur du paramètre choisi avec les flèches horizontales, et rentrer plus en détail dans l’édition du paramètre (valeur précise, contrôleurs…) avec Select.

Bypass

Permet de désactiver l’effet quand on le positionne sur On.

Effect mix

Permet de mélanger la sortie de l’effet avec son entrée. Le paramètre donne la proportion de la sortie dans le mélange, en pourcentage.

Volume

Volume d’ajustement de la sortie de l’effet, en décibels. Ce paramètre permet d’homogénéiser le volume sonore, à la fois au sein de la chaîne et entre les différents programmes. Le volume est appliqué avant le mix entrée/sortie.

Édition d’un paramètre

Le nom, la valeur et éventuellement l’unité du paramètre sont indiqués en haut.

Les quatre facteurs d’échelle, dans lequels on peut naviguer avec les touches verticales, permettent de régler plus ou moins finement la valeur avec les flèches horizontales.

La ligne Controllers… permet de choisir les liens directs et modulations du paramètre par un appui sur Select. Le gras indique qu’au moins un contrôleur est rattaché au paramètre. Enfin la dernière ligne concerne les paramètres temporels. Elle indique le cas échéant si la valeur du paramètre suit le tempo ou si elle en est indépendante.

Choix des contrôleurs

On choisit dans cet écran deux types de contrôleurs :

On peut déplacer le curseur sur ces éléments avec les flèches verticales et passer à l’édition du contrôleur avec Select. Une ligne <Empty> indique une absence de contrôleur. Elle est toujours présente à la fin des modulations pour permettre l’ajout d’une nouvelle. On peut revenir à l’édition du paramètre avec Esc.

Édition d’un contrôleur

Cet écran permet de régler un contrôleur, direct ou de modulation. Un contrôleur direct nécessite deux valeurs de paramètre : une valeur pour la position basse du contrôleur, et une valeur pour la position haute. Les différentes positions du contrôleur feront prendre au paramètre une valeur située entre ces deux extrêmes. Par défaut, ce sont les valeur minimale et maximale du paramètre qui sont utilisées.

Un contrôleur de modulation ne nécessite qu’un seul réglage, son amplitude, en pourcentage de la course du paramètre.

La première ligne Src indique la source du contrôleur. On peut choisir ces sources en cyclant dans la liste avec les flèches horizontales. Les sources disponibles sont les suivantes :

<Empty/Delete>N’a de sens que durant l’édition et indique que le contrôleur est absent ou à supprimer.
Expression0–2Pédales d’expression.
Knob0–4Codeurs incrémentaux (boutons rotatifs).
Footsw0–11Interrupteurs au pied (pédales).

Il peut y avoir d’autres sources de modulation, en fonction de la configuration du programme : LFO, suiveurs d’enveloppe… Ces source apparaissent en premier dans la liste.

Step n’existe que pour les codeurs incrémentaux. Elle permet d’en choisir la sensibilité. La valeur fractionnaire indique la portion de la course du paramètre qu’on franchit entre deux crans consécutifs. On peut la régler à l’aide des flèches horizontales.

Viennent en-dessous les valeurs servant de borne ou l’amplitude de la modulation. Elles se manipulent exactement comme dans l’édition d’un paramètre.

Curve permet de sélectionner la courbe à appliquer à la source. Cette courbe permet de changer la sensibilité du contrôleur en fonction des plages de valeur. On la modifie à l’aide des flèches horizontales.

LinearCourbe neutre, par défaut.
SquareCourbe parabolique. Permet une grande amplitude dans les faibles valeurs, et devient plus sensible sur les valeurs élevées.
CubicComme Square, mais plus accentuée.
Sat. 1Courbe saturée. C’est l’inverse de Square : les hautes valeurs peuvent être réglées finement, au détriment des valeurs faibles.
Sat. 2Comme la précédente, mais plus accentuée.
S 1Les plages de valeurs haute et basse peuvent être réglées finement, au détriment de la plage médiane.
S 2Comme S 1, mais en plus accentuée.
Flat 1La plage de valeurs intermédiaire peut être réglée finement, au détriment des plage hautes et basses.
Flat 2Comme Flat 1, mais en plus accentuée.

Range n’est utilisé que sur les modulations, avec certaines sources seulement. Cette option offre la possibilité de convertir un signal unipolaire dont les valeurs sont positives seulement en un signal bipolaire aux valeurs positives et négatives. La forme du signal est préservée, l’intervalle de valeur étant simplement étiré pour passer en-dessous de zéro. Cela permet de placer la valeur neutre de la modulation au milieu de la course du contrôleur. On peut sélectionner Bipolar ou Unipolar avec les flèches horizontales.

On sort de cet écran en pressant Esc. Les modifications sont prises en compte en temps réel, il n’y donc pas de validation particulière à effectuer.

Configuration de l’effet

La première ligne indique le type de l’effet, qu’on peut changer à l’aide des flèches horizontales.

Insert before rajoute un bloc vide dans la chaîne avant l’effet sélectionné. Ce bloc vide devient l’effet courant et est donc éditable immédiatement.

Move… permet de déplacer l’effet dans la chaîne. Après appui sur Select, la chaîne apparaît et il est possible de déplacer l’effet avec les flèches verticales. Les changement sont effectifs immédiatement. Select ou Esc pour sortir.

Presets… est encore en chantier…

Reset restaure les paramètres par défaut.

Mono or stereo sert pour les plug-ins qui sont capables convertir un signal mono en stéréo (chorus, écho…) Il est alors possible de choisir si on veut la stéréo, ce qui ne sera effectif qu’avec une sortie audio configurée en stéréo, ou si on veut garder le signal mono dans tous les cas. Si le signal à l’entrée de l’effet est déjà stéréo, il le reste, quelle que soit l’option choisie. Utiliser les flèches horizontales pour choisir l’option.

Name sert à donner un nom à l’effet. Ce nom servira à l’identifier vis-à-vis de pédales ou de contrôleurs ayant une portée globale, indépendante du programme. Par exemple, cela permet d’avoir une pédale configurée à l’échelle du pédalier qui change l’état du bypass de tout plug-in nommé « distorsion ».

Banques de programmes

Configuration du pédalier

Volumes et niveaux

Cet écran permet de visualiser et ajuster les niveaux. Les barres indiquent les volumes d’entrée et de sortie. Quand une barre est divisée en 2, cela veut dire que le signal visualisé est stéréo. C’est toujours le cas pour l’entrée, même si seul le canal gauche est pris en compte dans la chaîne d’effets. Le petit trait indique le niveau des crêtes avec un maintien stationnaire de 2 s, et la barre pleine le volume RMS.

La barre DSP du bas indique les ressources de calcul consommées par le traitement audio. La partie hachurée donne la charge moyenne, et la partie pleine les crêtes. Celles-ci doivent rester aussi bas que possible et ne jamais toucher la partie droite de la jauge, sous peine de craquement ou de perte de son.

Il est possible de régler le volume de sortie Output à l’aide des flèches horizontales.

Les symboles à gauche de la jauge DSP indique si les d’entrée et de sortie sont mono (un cercle) ou stéréo (deux cercles entremêlés).

Accordeur

Il est possible de sélectionner plusieurs types d’accordage avec les flèches horizontales :

GuitareE A110 D G B E, réglage par défaut
BasseE A55 D G
ChromaticToutes les notes de la gamme chromatique

L’écran affiche la note détectée la plus proche dans l’accordage sélectionné. Les LED permettent de savoir quand l’accordage est bon. La déviation en cents est également donnée à l’écran.

Redémarrage

On peut sortir de cet écran par la touche Esc.

IV. Effets disponibles

CompEx — Compresseur/Expanseur

CompEx est un processeur de dynamique relativement simple et sait faire de la compression et de l’expansion.

On commence par définir un niveau-seuil. Ensuite pour chaque plage au-dessus et en dessous de ce niveau, on peut choisir si on va réduire ou amplifier la dynamique. Généralement on s’intéresse à ce qui est au-dessus, mais il est possible de faire une sorte de gate en augmentant la dynamique en dessous.

Ratio High

Taux d’amplification de la dynamique au-dessus du seuil. Si le taux est inférieur à 1, l’effet se comporte comme un compresseur. S’il est supérieur à 1, c’est un expanseur. Attention, dans ce dernier cas le réglage est délicat et le résultat peut être difficile à maîtriser.

Ratio Low

Taux d’amplification de la dynamique en dessous du seuil. Utiliser un taux supérieur à 1 pour obtenir une gate.

Threshold

C’est le niveau de seuil. Plus il est bas, plus l’effet de Ratio High est marqué.

Attack time

Temps d’attaque pour la détection de l’enveloppe de volume. Plus le temps est bas, plus l’effet est réactif aux changements de dynamique.

Release time

Temps de relâchement pour la détection de l’enveloppe de volume. Sa valeur est généralement supérieure à celle de l’attaque.

Make-up gain

Volume de sortie de CompEx. Bien que la compensation en volume soit établie automatiquement en fonction de la valeur du taux supérieur, il est parfois nécessaire de faire des ajustements manuels.

Knee shape

C’est la plage de niveau qui sert de transition entre les taux supérieurs et inférieurs.

Convert To Stereo

Ce n’est pas vraiment un effet, mais un dispositif qui sert à passer un signal mono en stéréo par simple dédoublement. Attention, le réglage dans la configuration de l’effet donnant la préférence au mono prend le dessus sur l’effet lui-même. Il est donc important de s’assurer qu’on est en Mono or stereo.

Delay — Écho stéréo

C’est un effet d’écho relativement classique. Il peut générer un signal stéréo à partir d’une entrée mono.

Il y a en fait deux lignes à retard indépendante, une pour chaque canal. Pour chaque ligne on peut régler la durée du retard, son niveau de sortie, le taux de réinjection et le filtrage (passe-haut ou passe-bas) de cette réinjection. Par défaut, les deux lignes sont liées ensemble et prennent pour paramètres ceux de la ligne gauche.

Il est également possible de croiser les réinjection des lignes.

Input mix level

Niveau du signal clair redirigé vers la sortie.

Delay mix level

Niveau du signal retardé dans la sortie.

Time L/R

Temps de retard pour les lignes gauche et droite.

Feedback L/R

Taux de réinjection du signal issu des lignes gauche et droite. Quand le taux est à zéro, il n’y a qu’une seule répétition. Quand au contraire il est proche de 100 %, les répéptition sont quasiment infinies.

Filter L/R

Taux de filtrage de la réinjection des lignes. Quand le taux est négatif, il s’agit d’un filtrage passe-bas. Quand il est positif, c’est un filtrage passe-haut. Le taux est directement lié à la fréquence de coupure. Plus il est élevé en valeur absolue, plus le filtre coupe de fréquences.

Channel link

Permet de lier le canal droit au gauche.

Ping-pong

Taux de croisement des réinjection. À 0 %, les deux lignes fonctionnent de manière indépendante. À 100 %, les réinjection sont complètement croisées, ce qui donne l’impression que le son passe d’un canal à l’autre à chaque répétition.

Distortion Tone Stage — Tonalité pour distorsion

Il s’agit d’un réglage de tonalité modelé d’après un circuit qu’on trouve dans de nombreuses pédales, type DS-1 ou Big Muff Pi. C’est un complément à l’étage de distorsion pur, plus simple à manier qu’un egaliseur paramétrique complet. Il sert à établir une balance entre les graves et les aigus.

Ce genre de filtre, tel qu’il est implémenté dans les pédales, fait apparaître systématiquement un creux dans les médiums. Le filtre à donc été modifié de façon à ajouter un réglage des médiums. Il est également possible de choisir la fréquence centrale du filtre, ce qui permet de calquer facilement l’étage de tonalité de la plupart des pédales utilisant ce système.

Tone

Permet de choisir une répartition plutôt grave (valeurs faibles) ou aigue. 50 % donne une réponse en fréquence équilibrée.

Mid boost

Permet d’amplifier (valeurs positives) ou de creuser (valeurs négatives) les médiums. À zéro, les médium sont neutres. Un valeur autour de −75 % permet de recréer la tonalité du circuit original.

Mid frequency

Permet de changer la fréquence centrale des médiums.

Double Distortion

C’est une distorsion à deux étages. Chaque étage est composé d’un filtre coupe-bas, d’un biais de polarisation, de la distorsion proprement dite et finalement d’un filtre passe-bas.

D’autre part le son est coupé dès le départ en deux bandes de fréquences. La bande basse ressort sans modification, tandis que la bande haute est distordue.

Un dispositif permet d’adapter le volume en fonction des dynamique et de modifier le gain en fonction des transitoires.

Crossover freq

C’est la fréquence de séparation initiale en deux bandes. Il est ainsi possible de laisser les composantes les plus graves sans distorsion pour plus de dynamique et de clarté.

LPF freq

Fréquence de coupure du filtre passe-bas initial (2d ordre).

Attack gain mod

Influence des transitoires d’attaque sur le gain. Un valeur positive augmente le gain sur les attaques, et une négative l’atténue.

Sustain gain mod

Permet de modifier le gain dans les parties où le volume décroît, prolongeant artificiellement le maintien de la note. Une valeur positive augmente le gain dans ces sections.

Stage 1/2 HPF freq

Fréquence de coupure du filtre coupe-bas des étages 1 et 2.

Stage 1/2 Bias

Biais de polarisation des étages 1 et 2. Augmenter le biais permet d’obtenir une distorsion plus asymétrique et favorise ainsi les harmoniques paires. Attention un biais trop élevé a tendance à couper le signal et donne une impression de circuit défectueux.

Stage 1/2 Type

Type de distorsion pour chaque étage.

Stage 1/2 Gain

Gain de la distorsion de chaque étage.

Stage 1/2 LPF freq

Fréquence de coupure du filtre passe-bas appliqué après la distorsion de chaque étage. Ce filtre permet d’atténuer les fréquence les plus aigues qui sont déplaisantes à l’oreille.

Stage 1–2 mix

Proportion des deux étages de distorsion composant le signal de sortie. Le pourcentage représente le taux du deuxième étage.

Low band mix

Proportion de la bande basse fréquence réinjectée dans la sortie.

Density

Permet d’ajuster le volume de la sortie à celui de l’entrée. Une valeur nulle compense totalement le volume, et la valeur maximale laisse la distorsion telle quelle. Cela donne des sons un peu plus percussifs mais moins naturels.

Threshold

Seuil en-dessous duquel le volume n’est pas réduit par le paramètre Density.

Enveloppe Follower — Suiveur d’enveloppe

Cet effet n’est pas un effet audio mais un contrôleur qui travaille en analysant le son. On peut l’insérer à n’importe quel endroit de la chaîne, son effet sur le son sera neutre.

Le suiveur d’enveloppe permet de détecter le volume instantané du son et le transforme en signal de contrôle.

Attack time

Temps d’attaque du détecteur. Indique à quelle vitesse suivre les montées de volume.

Release time

Temps de relâchement du detecteur. Indique à quelle vitesse suivre les descentes de volume.

Hold time

Temps pendant lequel le détecteur maintient sa valeur à la fin d’une attaque avant de redescendre.

Gain

Multiplicateur appliqué au signal de contrôle en sortie.

Threshold

Seuil de volume en dessous duquel la sortie du détecteur reste nulle. En mode logarithmique, le seuil est utilisé comme valeur plancher, avec pour minimum −60 dB.

Mode

Permet de choisir une transformation du volume détecté. En mode linéaire, la valeur brute du volume est utilisée. En mode logarithmique, c’est une valeur en décibels qui est utilisée. La plage de variation est alors fixée par le seuil.

Clip

Indique que le signal de contrôle en sortie doit être limité à la valeur maximale de 1.

Filter Squeezer — Filtre résonnant à distorsion

C’est un filtre très particulier. Il est basé sur le fameux filtre Moog passe-bas 4 pôles, sérieusement modifié pour ne pas dire vilainement charcuté.

Il donne un son qui va d’une douce chaleur un peu vintage à une fuzz rugissante en passant par une radio défectueuse ou le larsen parasité. Il y a des sons qui sont comparables à ceux obtenus par la Fuzz Factory.

Frequency

Fréquence de coupure du filtre. Ce paramètre est automatiquement assignée à la pédale d’expression.

Resonance

Résonance du filtre, se produisant un peu en dessous de la fréquence de coupure. Les valeurs les plus élevlées mettant le filtre en auto-oscillation.

Color

Le réglage de coloration influe sur l’aspect destructif et fuzz du filtre.

Drive

Ajuste le niveau d’entrée. Le filtre étant très sensible au volume de ce qui lui rentre dedans, on peut obtenir des sonorité très variées en changeant ce paramètre. Le gain inverse est appliqué en sortie, limité entre −12 et 0 dB. Il peut être d’ailleurs judicieux de placer devant un compresseur aux réglages musclés pour obtenir quelque chose d’un tant soit peu prévisible et reproductible.

Foldback

Active différents types de distorsion interne.

FlanCho — Chorus et flanger

C’est un chorus/flanger relativement classique. Il peut générer un signal stéréo à partir d’une entrée mono.

L’effet opère en ajoutant au signal principal une version légèrement retardée de lui-même. Le retard varie continuellement ce qui crée des fluctuations de tonalité.

Le chorus est caractérisé par un temps de retard significatif (autour de 20 ms) et une amplitude peu élevée. Pour un flanger, on préférera une amplitude élevée, un temps de retard court et un minimum de réinjection.

Speed

Vitesse des oscillations du temps de retard.

Depth

Amplitude des oscillations du temps de retard. Au maximum, celles-ci varient entre 0 ou presque et Delay × 2. Le changement de tonalité est alors très marqué.

Delay

C’est le temps de retard moyen.

Feedback

Taux de réinjection du signal retardé. Les valeurs proches de 100 % peuvent altérer fortement le volume. Les valeurs négatives donnent un son plus métallique que les positives.

Waveform type

Forme prise par les oscillations du temps de retard.

SineSinusoïde
TriangleTriangle
ParabolaParabole
Inv.paraParabole inverse
Ramp upDents de scie ascendentes
Ramp downDents de scie descendentes
RandomSinusoïde avec variations aléatoires

Waveform shape

Déformation de l’onde d’oscillation. À 0 %, l’onde reste telle quelle, sinon elle est saturée par le bas ou par le haut. Cela permet d’insister sur les temps de retards longs ou courts.

Number of voices

Il est possible d’avoir de 1 à 4 voix de chorus/flanger simultanément, pour un son plus ou moins épais. Les oscillations de retard de chaque voix sont déphasées par rapport aux autres.

Phase set

Permet de fixer manuellement la phase des oscillations, en degrés. Ce paramètre permet d’une part d’agir sur la tonalité de l’effet en y associant par exemple une pédale (d’expression ou non). D’autre part, il permet d’obtenir un son reproductible. En effet, lors de l’activation du programme, la phase est positionnée automatiquement à la valeur donnée par ce paramètre.

Dry input

Indique que le signal d’entrée est mélangé au signal de sortie. Si on veut une proportion différente de 50–50 %, on peut placer ce paramètre sur Off et utiliser le réglage Effect mix. Quand le signal d’origine est totalement absent et qu’il n’y a pas de réinjection, l’effet obtenu est un vibrato.

Mix mode

Permet de choisir si le signal retardé est ajouté ou retranché au signal d’origine. Add provoque une amplification des basses fréquences avec un temps de retard très court, alors que Sub au contraire les coupe.

Oversampling rate

Taux de suréchantillonnage du traitement. Passer en ×4 permet d’atteindre des temps de retard beaucoup plus courts (une dizaine de microsecondes) quand Depth est proche de 100 % ce qui peut être utile pour des flangers ravageurs. En revanche cela consomme plus de ressources CPU.

Freeverb — Réverbération

Cet effet implémente Freeverb, une réverbération de type Schroeder dont les coefficients ont été soigneusement choisis. Les réglages ont été mis au point par Jezar at Dreampoint et diffusés dans le domaine public. L’effet est capable de gérer un signal stéréo.

Reflectivity

Ce paramètre varie le temps de réverbération. Plus il est élevé, plus les murs simulés sont réflectif et plus la réverbération est longue. Ce temps est cependant dépendant du Damping.

Damping

Spécifie à quel point les hautes fréquences sont atténuées durant la réverbération.

Level wet

Niveau de réverbération dans la sortie de l’effet.

Level dry

Niveau du signal d’origine mixé dans la sortie de l’effet.

Width

Niveau de séparation stéréo de la réverbération. À 0 %, la réverbération est complètement mono, et complètement stéréo à 100 %. Note : les deux canaux sont toujours traités indépendamment l’un de l’autre, comme deux réverbérations mono. Le paramètre ne contrôle que le mixage de sortie.

Mode

Quand le mode Freeze est activé, l’entrée de la réverbération est coupée et le son de la réverbération reste figé dans le temps. Il peut être intéressant de relier ce paramètre à une pédale.

Low cut

Fréquence du filtre coupe-bas sur la sortie de la réverbération.

High cut

Fréquence du filtre coupe-haut sur la sortie de la réverbération.

Frequency Shifter — Translateur de fréquences

C’est un effet assez simple qui décale toutes les fréquences du son. Comme les fréquences sont additionnées et non multipliées, les rapports harmoniques se perdent et le son devient atonal ou inharmonique, se rapprochant d’un son de cloche. Cependant quand la fréquence de décalage tombe sur une note spécifique, certaines notes en liaison (octave, quinte, quarte…) se mettent à sonner de nouveau juste et prennent une coloration très spéciale.

Le translateur de fréquences ressemble au ring modulator, mais il ne réfléchit pas l’image spectrale comme c’est le cas pour ce dernier.

Frequency

Fréquence de décalage, en Hz. Elle peut être négative ou positive.

Harmonic Tremolo — Trémolo bi-bande

C’est une variation de l’effet de trémolo qu’on retrouve dans les vieux amplificateurs Fender Brownface. Le son est divisé en deux bandes, les basses et les aigus. Les deux bandes sont modulées en amplitude par deux signaux opposés issus du LFO. Le son alterne ainsi entre les aigus et les graves.

Speed

Vitesse des oscillations, en Hz.

Amount

Quantité d’oscillations. À 100 %, le son modulé est silencieux sur la partie la plus basse du LFO. Il est possible d’aller bien au-delà de cette valeur de façon à créer un effet plus dur, qui ressemble à une gate.

Bass

Amplitude du signal de LFO utilisé pour modulé les graves. À 0, le son n’est pas modulé.

Treble

Amplitude du signal de LFO utilisé pour modulé les aigus. À 0, le son n’est pas modulé. Les résultats les plus probants sont obtenus quand les amplitudes des aigus et des graves sont de signe opposé.

Cutoff frequency

Fréquence de séparation entre les graves et les aigus, en Hz.

Gain saturation

Indique à quel point les parties positives du LFO doivent être saturées de façon à ne pas provoquer de montée de volume exagérées quand Amount prend des valeurs un peu élevées.

Bias

Offset à appliquer à la valeur générée par le LFO de façon à déplacer sa courbe plutôt dans les basses amplitudes ou dans les hautes amplitudes. Cela permet de créer un son plus ou moins dense, en particulier quand Amount est élevé. Dans ce cas, le trémolo se comporte comme une gate et ce paramètre permet de régler son temps d’ouverture.

Tone

Permet d’ajuster la proportion entre graves et aigus. Les valeurs négatives atténuent les aigus, et les positives les graves.

Stereo

Quand la sortie de l’effet est stéréo, ce paramètre permet d’élargir l’image stéréo, en particulier quand la source est mono. Les modulation se font avec un signe opposé sur les deux canaux. Attention, si le son repasse en mono ultérieurement, l’effet est en grande partie perdu.

Waveform, Sample and hold, Smoothing, Chaos amount, Phase distortion amount, Phase distortion offset, Sign, Variation 1, Variation 2, Phase set

Ces paramètres sont identiques à ceux de l’effet LFO.

Input Impedance Fix — Adaptation d’impédance d’entrée

Cet effet permet de corriger en quelque sorte l’impédance d’entrée de la carte son, qui peut être un poil juste, résultant en une légère atténuation des aigus. Il s’agit d’un simple filtre linéaire de premier ordre de type high-shelf.

Il faut calibrer l’effet en utilisant un ampli avec un réglage aussi transparent que possible (son clair, pas d’égalisation). On compare alors le son avec la guitare branchée directement avec celui du pédalier placé en intermédiaire avec cet unique effet.

Cutoff frequency

Fréquence de seuil.

Level

Niveau d’amplification des aigus.

Noise Bleach — Barrière anti-bruit

Noise Bleach est une sorte de noise gate. Il découpe le spectre du signal d’entrée en plages de fréquences contiguës couvrant l’ensemble du spectre audible. Le son sur chaque bande ne passe que s’il est au-dessus d’un certain seuil.

Pour régler le dispositif, il faut le bruit sans autre son « utile ». Commencez par régler le niveau global à −100 dB. Ensuite, pour chaque plage, monter progressivement son seuil. Arrêter quand le son change et que du bruit est effectivement retiré. Ne pas aller plus loin, ce serait dommageable pour le signal utile.

Recommencer sur autant de bandes que nécessaire. Rééquilibrer au besoin le niveau global et celui des bandes.

Global level

C’est le niveau global de réjection du filtre, à adapter en fonction du niveau de bruit dans le son. Toutes les plages et les filtres coupe-bande sont mis à échelle en fonction de ce paramètre. Les valeurs usuelles sont de l’ordre de −100 dB.

Band x-y level

Seuil relatif de filtrage pour la plage de fréquence indiquée, en dB. À −∞, la bande est désactivée.

Noise Chlorine — Barrière anti-bruit

Noise Chlorine est une sorte de noise gate, similaire à Noise Bleach. Il est constitué d’une série de filtres coupe-bande qui ne rejettent le signal ciblé qu’en-dessous d’un certain seuil. Par exemple le 50 ou le 60 Hz du secteur et ses harmoniques. Mais on peut aussi s’en servir pour filtre du bruit à large bande comme alternative à Noise Bleach, moins coûteuse mais moins puissante.

Pour régler le dispositif, il faut le bruit sans autre son « utile ». Commencez par régler le niveau global à −100 dB. Ensuite, pour chaque bande, sélectionner une fréquence (à l’intuition). On peut commencer avec une sélectivité de 0,5, pour ratisser suffisamment large.

Monter progressivement le niveau de la bande. Arrêter quand le son change et que du bruit est effectivement retiré. Ne pas aller plus loin, ce serait dommageable pour le signal utile. Ajuster ensuite au besoin la fréquence et la sélectivité. Si le bruit est étalé sur une large partie du spectre, on peut garder la sélectivité basse en espaçant toutes les bandes d’une octave.

Recommencer sur autant de bandes que nécessaire. Rééquilibrer au besoin le niveau global et celui des bandes.

Global level

C’est le niveau global de réjection du filtre, à adapter en fonction du niveau de bruit dans le son. Tous les filtres coupe-bande sont mis à échelle en fonction de ce paramètre. Les valeurs usuelles sont de l’ordre de −100 dB.

Notch 1–8 frequency

Fréquence centrale du filtre coupe-bande, en Hz.

Notch 1–8 selectivity (Q)

Sélectivité du filtre. Plus la sélectivité est grande, plus la bande filtrée sera étroite.

Notch 1–8 level

Seuil relatif de filtrage de la bande, en dB. À −∞, la bande est désactivée.

Parametric Equalizer — Égaliseur paramétrique

Il s’agit d’un égaliseur paramétrique 4 bandes très classique. Chaque bande est constitué d’un filtre de second ordre.

Band 1/2/3/4 Type

Type du filtre de la bande concernée :

PeakCourbe en cloche. Augmente ou atténue la zone autour de la fréquence centrale.
Low shelfPlateau basse-fréquence. La fréquence de référence donne le milieu de la transition entre les deux plateaux.
High PassFiltre passe-haut
High shelfPlateau haute-fréquence
Low PassFiltre passe-bas

Band 1/2/3/4 Frequency

Fréquence du centre de la bande.

Band 1/2/3/4 Q

Facteur de qualité ou de sélectivité. Pour le filtre en cloche, plus Q est élevé, plus la cloche est fine. Pour les plateaux, plus Q est bas, plus la transition est lente. Par contre si Q > 0.71, une résonance et un creux apparaissent au début des plateaux haut et bas. L’effet est le même pour les passe-haut et bas, avec une résonance seulement.

Band 1/2/3/4 Gain

Volume de la cloche ou du plateau. Sans effet sur les filtres passe-haut et bas.

Band 1/2/3/4 Bypass

Permet de désactiver la bande.

Phaser

Cet effet de modulation fonctionne un peu différemment des phasers analogiques, mais en reprend les mêmes principes. Il a cependant un son très typé. Il peut générer un signal stéréo à partir d’une entrée mono.

Un filtre passe-bande désactivable permet de choisir une plage de fréquences à conserver sur le son phasé. Cela permet essentiellement de limiter les basses fréquences sur les réglages un peu francs.

Il est aussi possible d’obtenir un effet de type barberpole phaser, qui donne l’impression d’avoir des tonalités qui montent ou qui descendent sans fin.

Speed

Vitesse des oscillations.

Depth

Ce paramètre fixe le nombre d’étages du phaser, parmi 4, 8, 16 et 32. Le nombre d’étage change la coloration générale du son. Plus il est grand, plus le nombre de trous (notches) dans le spectre est élevé.

Feedback level

Quantité de signal réinjecté à l’entrée du phaser. Ce feedback est saturé, il peut donc être intéressant de pousser un peu le niveau du signal d’entrée pour enrichir le résultat.

Feedback color

Change la tonalité de la réinjection.

Phase mix

Quantité de signal déphasé ajoutée au signal d’origine. C’est le fait d’additionner les deux qui produit l’effet de phasing. Cet effet est maximum à 50 %.

Phase offset

Ce paramètre permet de déplacer la phase des oscillations par rapport à son cycle naturel.

Phase set

Fixe manuellement la phase des oscillations, en degrés. Ce paramètre est intéressant à moduler en mode gelé avec un LFO externe. Il permet d’obtenir un effet oscillant plus proche d’un phaser conventionnel.

Hold

Gèle les oscillations du phaser.

BPF freq

Fréquence centrale du filtre passe-bande appliqué au signal déphasé.

BPF selectivity

Permet d’isoler plus ou moins précisément le groupe de fréquences choisi avec le filtre passe-bande. Quand ce paramètre est au minimum, le filtrage est désactivé.

Direction

Direction des oscillations sur le canal gauche. Down fait descendre les trous dans le spectre, et Up les fait remonter.

Mono phase mix

Indique comment le signal déphasé doit être mixé avec le signal principal quand la sortie est mono. Left n’utilise qu’un des deux signaux conduisant à une tonalité qui va toujours dans la direction indiquée par Direction. Mixed mélange les deux signaux qui vont vers le haut et vers le bas, produisant une sorte d’oscillation.

Stereo phase mix

Indique comment le signal déphasé doit être traité quand la sortie est stéréo.

Spat mixLes canaux d’entrée sont mélangés avant d’être déphasés. Les trous spectraux dans les canaux de sortie gauche et droit glissent dans des directions opposées, ce qui donne une forte image stéréo, y compris avec un signal d’entrée mono.
Spat sepComme Spat mix, mais les canaux d’entrée sont traités indépendamment.
Bi-monoLes canaux gauche et droit sont traités indépendamment et utilisent le réglage de Mono phase mix pour définir la direction de glissement des trous.

All-pass delay

Ce paramètre permet d’introduire une sorte de micro-retard complémentaire dans le signal déphasé. Cela permet d’augmenter le nombre de trous glissant dans le spectre. La répartition spectrale de ces trous est guidée par la valeur d’All-pass coefficient.

All-pass coefficient

Coefficient des filtres de déphasage utilisés pour le micro-retard. À 0, le filtre se comporte comme un retard pur. Une valeur négative compresse les trous sur le bas du spectre, et une valeur positive vers le haut. Quand le coefficient vaut −0,5, avec un retard d’environ 700 µs et Depth faible, la répartition des trous est quasi-harmonique ce qui permet d’obtenir une illusion auditive similaire à celle de Sherpard-Risset.

Pulse Width Modulation Distortion

Il s’agit d’une distortion à gain quasi-infini, le signal de sortie est rectangulaire. Cependant seules les fronts d’onde montants sont tirés du signal en entrée. Les fronts d’onde descendants sont générés automatiquement après un laps de temps déterminé, ce qui donne au son une coloration d’oscillateur « PWM », comme sur un synthétiseur.

Pulse width

Durée des impulsions, en millisecondes. Plus la durée est courte, plus le spectre du son est chargé en particulier dans les aigus, et plus le volume apparent diminue.

Simple Distortion

Il s’agit d’une saturation asymétrique très simple, avec un filtre passe-haut en entrée afin de supprimer une éventuelle composante continue et de nettoyer un peu les graves.

Distortion gain

Gain de la distorsion en dB.

HPF frequency

Fréquence de coupure du filtre coupe-bas en entrée.

Bias

Biais de polarisation. Augmenter le biais permet d’obtenir une distorsion plus asymétrique et favorise ainsi les harmoniques paires. Attention un biais trop élevé a tendance à couper le signal et donne une impression de circuit défectueux.

Speaker Emulator — Émulation de haut-parleur

Type

Sélectionne un type d’émulation parmi celles proposées. Les contrôles de tonalité Mid et Treble ne fonctionnent que pour le type 0.

Mid level

Niveau de la bosse des hauts médiums.

Mid frequency

Fréquence basse de la bosse des hauts médiums.

Treble level

Niveau des aigus.

Treble frequency

Fréquence séparant la chute des aigus de la bosse des hauts médiums.

Comb level

Niveau du filtrage en peigne permettant de bosseler la réponse spectrale du haut-parleur.

Channels

Indique sur quels canaux s’applique l’émulation. Utile si on désire diriger un canal sur une console ou un ampli générique, et l’autre cananl sur un ampli de guitare.

Tremolo

L’effet de trémolo est une sorte de volume oscillant, modulé en amplitude par un LFO.

Speed

Vitesse des oscillations, en Hz.

Amount

Quantité d’oscillations. À 100 %, le signal est silencieux sur la partie la plus basse du LFO. Il est possible d’aller bien au-delà de cette valeur de façon à créer un effet plus dur, qui ressemble à une gate.

Waveform

Forme d’onde du LFO.

Sine Sinus
Square Carré
TriangleTriangle
Saw Up Dents de scie montantes
Saw DownDents de scie descendantes

Gain saturation

Indique à quel point les parties positives du LFO doivent être saturées de façon à ne pas provoquer de montée de volume exagérées quand Amount prend des valeurs un peu élevées.

Bias

Offset à appliquer à la valeur générée par le LFO de façon à déplacer sa courbe plutôt dans les basses amplitudes ou dans les hautes amplitudes. Cela permet de créer un son plus ou moins dense, en particulier quand Amount est élevé. Dans ce cas, le trémolo se comporte comme une gate et ce paramètre permet de régler son temps d’ouverture.

Wha-wha

Il s’agit d’une wha-wha plus ou moins calquée sur la Cry Baby. La plage de variation de la fréquences de coupure a été étendue, ce qui permet d’obtenir un son ravageur dans les basses fréquences.

Frequency

Fréquence de coupure du filtre. Ce paramètre est relié par défaut à la pédale d’expression. Pour retrouver le son d’une pédale wha classique, il convient d’en restreindre l’intervalle à environ 400–1600 Hz.

Selectivity

Résonance du filtre. Plus la valeur est élevée, plus le fitre est coloré et génère une tonalité distincte.

LFO — Oscillateur basse fréquence

Cet effet n’est disponible que dans la catégorie des générateurs de signaux de contrôle puisqu’il ne traite aucun signal audio, ni en entrée ni en sortie. Son but est de créer un signal oscillant afin d’appliquer une modulation à un ou plusieurs paramètres d’un autre effet.

Speed

Fréquence des oscillations, en Hz.

Amplitude

Amplitude des oscillations.

Waveform

Forme de l’onde générée par le LFO. Chaque forme est décrite ci-dessous :

Cette forme alterne régulièrement entre deux sinus déphasés. Elle est contrôlée par deux paramètres supplémentaires :

Variation 1TempsContrôle le temps de découpage d’une période élémentaire.
Variation 2PhaseDéphasage entre les deux ondes.

16 découpages, quadrature de phase :

32 découpages, déphasage léger :

Cette forme est une extension du Biphase, constituée d’un nombre variable de sinus déphasés. Le LFO passe régulièrement d’une phase à l’autre, chacune leur tour. Les phases des sous-ondes sont fixées et réparties uniformément. Le déphasage dépend donc du nombre de phases.

Variation 1TempsContrôle le temps de découpage d’une période élémentaire.
Variation 2PhaseNombre de phases.

28 découpages, 2 phases :

16 découpages, 3 phases :

Il s’agit d’une onde qui peut incarner différentes formes situées entre le carré, le triangle et la dent de scie. On peut contrôler la forme précise à l’aide des deux paramètres auxiliaires.

Variation 1TempsDétermine la position temporelle du premier extremum de la courbe par rapport à la période complète.
Variation 2FormeForme de la transition entre les deux extrema.

Temps = 25 %, forme = 0 % :

Temps = 25 %, forme = 50 % :

Temps = 25 %, forme variant entre 0 et 100 % :

Il s’agit de bruit blanc filtré par un passe-bas à 12 dB/octave, dont la fréquence de coupure dépend du paramètre Speed.

Sample and hold

Ce paramètre permet de créneler la courbe du LFO en bloquant régulièrement sa valeur pendant une courte période. Il fixe le rapport entre la période de crénelage et la période principale des oscillations.

Smoothing

Paramètre qui adoucit les transitions brutales dans la forme d’onde. Il fixe le rapport entre le temps de montée et la période principale des oscillations.

Chaos amount

Ce paramètre introduit un élément chaotique dans les oscillations. Il accélère ou ralentit aléatoirement l’oscillateur en veillant à ce qu’il retombe toujours sur ses pieds afin que le rythme global soit conservé. C’est une manière très simple de rajouter un peu de vie dans une oscillation. Ci-dessous la même déformation de phase appliquée à deux formes d’onde :

Phase dist amount

Distorsion de phase. Ce paramètre permet de déplacer la position temporelle du milieu de la forme d’onde. Il correspond à un réglage de pulse width. Ici sur un sinus :

Phase dist offset

Paramètre qui permet de changer les points fixes ainsi que celui déplacé dans la distorsion de phase. Ci-dessous, la même déformation que précédemment en déplaçant le point situé aux trois quarts (partie basse de l’onde) :

Sign

Inversion de signe. Elle sert par exemple à transformer une dent de scie montante en descendante :

Polarity

Passage en unipolaire. Ce paramètre remonte et compresse la courbe afin que le bas soit à zéro. Ce mode peut simplifier les réglages de taux de modulation car le minimum du LFO correspond à la valeur de base du paramètre modulé.

Variation 1, Variation 2

La signification de ces deux paramètres dépend de la forme d’onde sélectionnée.

Phase set

Fixe manuellement la phase du LFO.

V. Dépannage

À venir…

VI. Historique des versions

r5, 2017.02.11

r4, 2017.02.11

r3, 2017.02.07

r2, 2017.02.05

r1, 2017.01.28

r0, 2016.11.29